Avec le handball, le Groenland écrit son histoire sportive

handball groenland

Pour la première fois de son histoire, le Groenland va organiser une compétition sportive internationale. À partir de samedi, les championnats panaméricain de handball se tiennent à Nuuk, la capitale de ce pays constitutif du royaume du Danemark. Présentation.

Un championnat panaméricain organisé sur un territoire d’Outre-Mer associé à l’Union Européenne. Voici ce que le handball va nous offrir à partir de ce samedi. L’édition 2018 du championnat continental se tient à Nuuk, la capitale du Groenland. Une grande première pour cette discipline, et pour le sport en général. Avant ce mois de juin 2018, aucune fédération n’avait posé ses valises sur la plus grande île du Monde pour y organiser une compétition internationale.

« On se souviendra de ce championnat comme du premier organisé dans notre pays. Nous marquons l’histoire sportive de notre pays et nous allons tout faire pour que notre expérience bénéficie à d’autres à l’avenir. » nous a confié Jorgen Isak Olsen, Président de la Fédération de handball du Groenland.

Le handball, un sport ancré dans la culture du Groenland

Mais pourquoi le handball ? Tout simplement parce que c’est un sport très ancré dans la culture du Groenland. À l’image du Danemark à qui il appartient, le Groenland a une forte culture sportive et notamment en terme de handball. Malgré les importantes difficultés à organiser des tournois en raison de l’étendue du pays et des conditions météo, 15 clubs sont reconnus par la fédération.

« Le coût des déplacements ralenti le développement de tournois. Mais le haut-niveau se développe notamment grâce à nos joueurs qui jouent à l’étranger et reviennent au pays. Ils sont des modèles pour les jeunes sur et en-dehors des terrains. Ils sont des ambassadeurs pour nos enfants grâce à leur mode de vie sain et grâce aux résultats. C’est prometteur pour l’avenir. » annonce le président de la GHF.

Il faut dire que depuis son adhésion à l’IHF, il y a 20 ans, le handball groenlandais s’est imposé sur la scène panaméricaine. Les masculins n’ont raté aucun championnat continental, se classant toujours entre la 6e et la 3e place. Et désormais, la nation médaillée de bronze à deux reprises s’apprêtent à organiser cette compétition à domicile.

Une qualification au Mondial à chercher

« C’est toujours mieux quand le pays organisateur va loin dans la compétition. Notre objectif est une qualification au championnat du Monde » ambitionne Jorgen Isak Olsen. Pour participer à un quatrième mondial, il faudra monter une nouvelle fois sur le podium. Cela signifie rivaliser avec des nations comme Cuba, le Brésil, l’Argentine ou le Chili. Pas une mince affaire, mais à domicile, tous les exploits sont réalisables.

 

Car organiser une compétition de cette ampleur est déjà une réussite. D’autant plus que la ville de 17 000 habitants avait renoncé au dernier moment à organiser l’édition 2013 en raison des sur-coûts liés aux déplacements. ll faut dire que si la Godthabhallen de Nuuk se trouve à 250km du cercle polaire Arctique, elle est à 9 759km de Rio, 10 992km de Buenos Aires et 10 986km de Santiago du Chili. Un véritable périple pour les joueurs et supporters.

« Montrer que l’on existe »

Pour un pays qui n’est reconnu que par quelques fédérations internationales, l’organisation d’un tournoi international est importante. C’est un signe qui est envoyé à d’autres sports. « C’est très important pour nous. Cela montre que nous participons à la vie de l’IHF. Cela a été très dur, notamment avec la suspension de la Confédération Panaméricaine, mais maintenant nous y sommes, et cela va être une expérience incroyable. Pour nous, mais également pour les jeunes générations. Nous assistons à un tournant dans l’histoire du handball au Groenland. » analyse l’homme à la tête de la fédération qui espère voir la discipline grandir dans son pays grâce à ce tournoi.

Il est notamment conscient qu’il se trouve à une période charnière et travaille pour faciliter la pratique du handball dans les communautés locales grâce à des infrastructures et des tournois de qualités. Le 24 juin sera la fin d’une incroyable aventure démarrée en juillet 2016 en gagnant l’organisation aux dépens de la cité balnéaire chilienne de Vina del Mar. Le 25 juin commencera une nouvelle vie pour le sport au Groenland.

Nicolas Kohlhuber (@KohlhuberN)

Tous les reportages d’UnderSport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *