Les Français invités à Roland-Garros sont-ils prêts ? (2/3)

Calvin Hemery à l'Open de Brest

Deuxième jour à Roland Garros, et deuxième partie de notre découverte des invités de Roland-Garros. Du lourd au programme, et sûrement quelques surprise.

Jessika Ponchet (228ème mondiale)

C’était un peu le tube de la fin de saison 2017. Avec quelques gros résultats, Jessika Ponchet a pris un sympa +200 places au classement WTA, pour atteindre finalement le 269ème rang mondial. La joueuse de Capbreton avait même été invitée à l’Open d’Australie 2018 en signe de récompense.

 

 

Depuis, la tenniswoman de 21 ans continue doucement son ascension. Avant la quinzaine, Jessika a préféré préparer son tournoi tranquille, dans les Landes, avec sa maman. Une côte intéressante, mais attention : elle préfère le dur ou le gazon. La terre battue c’est une autre histoire. Mais pour sa première dans le grand tableau, on se dit pourquoi pas ?

Ce qui l’attend au 1er tour : Lucie Safarova (RUS/54ème mondiale). Ancienne membre du Top 5, Safarova est une routarde du circuit féminin. Elle a même atteint la finale de Roland-Garros en 2014. Inutile de dire que sortir la Russe serait un exploit, même si sa forme actuelle n’est pas optimale, avec un seul tournoi sur terre joué cette saison.

 

Calvin Hemery (127ème mondial)

 

C’est le plus expérimenté des jeunes invités. Mais ce sera sa première dans le grand tableau du tournoi parisien. La capitale, il connaît bien, puisqu’il s’entraîne à l’année au TC Paris, à quelques centaines de mètres du Philippe Chatrier. Pour l’acclimatation, il n’y a pas à s’inquiéter. Le grand droitier (1m91) a d’ailleurs prévenu dans les colonnes de Tennis Magazine que cette wild-card, il n’allait pas juste s’en servir pour faire du tourisme : “Physiquement je me sens très bien. Jouer cinq sets, ce n’est pas ça qui m’inquiète le plus“. Son bilan : 2 victoires, 3 défaites en mai. C’est léger, mais on ne sait pas pourquoi, on sent que le Parisien a tout gardé pour être prêt le jour J.

Son adversaire au 1er tour : Diego Schwartzman (ARG/12ème mondial). On peut parler d’un mauvais tirage. Certes, ce n’est pas Rafael Nadal, mais depuis avril, l’Argentin truste le Top 15 mondial. Il a même remporter un ATP 500, celui de Rio de Janeiro en février dernier. Grégoire devra être à la hauteur de l’adversaire dès l’entame du match.

 

Retrouvez le portrait de Chloé Paquet, elle aussi en lice aujourd’hui.

 

Matthieu Guillot (@Guillot_matt)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *