Les Philippines, l’autre pays où le basket est roi

Salle de basket Philippines

La Coupe du Monde de basket 3×3 s’ouvre ce vendredi à Manille. L’occasion pour les Philippines de vibrer pour un sport élevé au rang de religion.

Les Philippines, ce sont 103 millions d’habitants répartis sur 7 641 îles. Hormis un drapeau, qu’est-ce qui peut unir ces personnes aux cultures différentes ? Le sport bien évidemment. Le basket sert de trait d’union aux quatre coins de cet archipel de 2 000 km de longueur. La vie sportive de ce pays tourne autour de la balle orange. À chaque coin de rue, vous pouvez trouver des terrains officiels, des paniers de fortunes ou des panneaux publicitaires mettant en scène les stars locales du basket. Le caractère universel de ce sport explique la passion qui entoure les matches locaux.

basket philippines
Des enfants philippins jouent au basket sur un terrain de fortune.

40 % de la population joue ou a joué au basket. Selon une enquête du Sponsorship Intelligence Reports datant de 2008, 81 % de la population aime le basket et 99 % des Philippins suivent la NBA. Les matches américains étant diffusés sur les chaînes gratuites, ils prennent largement le dessus sur la vie politique locale. Pour Nike, les Philippines sont le troisième plus grand marché en terme de basket derrière la Chine et les Etats-Unis. Rien que ça.

Héritage colonial et patrimoine culturel

Mais comment les Philippines ont pu se prendre de passion pour ce sport ? En raison de l’influence américaine, tout simplement. Colonie américaine au début du XX siècle, les Philippins découvrent le basket en même temps que le pays de l’Oncle Sam. Sport scolaire pour les filles au commencement, le « ballon-panier » devient vite l’activité physique prisée de l’ensemble de la population. Aujourd’hui encore, cette discipline est obligatoire dans toutes les écoles.

Passion, rivalité, effort : les Philippins découvrent les valeurs sportives grâce au basket. Dans les cours de récréation ou en dehors, ce sport à la portée de tous s’installe dans la culture populaire. Et son importance ne faiblit pas au fil de la vie. Le circuit universitaire connaît le même engouement que sa grande sœur américaine, la NCAA. Dès 1938, la Manilla Industrial and Commercial Athletic Association organise un championnat.

Devenu professionnel en 1975 sous le nom de PBA, il s’agit de la deuxième plus vieille ligue professionnelle de basket au monde après la NBA. À titre de comparaison, l’élite française est devenue pro en 1987. Et au contraire de la Pro A, d’anciennes vedettes NBA viennent en pré-retraite à l’image de Gilbert Arenas ou Andray Blatche qui a même été naturalisé.

Quand le basket est une fierté nationale

Pionniers sur la scène asiatique, les Gilas Pilipinas deviennent les chefs de file de tout un continent. Membre de la FIBA dès 1936, ce pays, pas encore indépendant, participe aux JO la même année et finit 5e. Une performance historique pour un pays du continent le plus peuplé au Monde. Un record qui tient encore.

Une fois indépendants, les Philippins dominent sans-partage la scène continentale : Jeux de l’extrême-orient, Jeux asiatiques, championnat d’Asie, tous les titres tombent dans l’escarcelle des Philippines. S’il est difficile pour ce pays de rester consistant au plus haut-niveau international, les coéquipiers de Carlos Loyzaga décrochent le bronze à la Coupe du Monde 1954. Aujourd’hui encore, il s’agit de la seule médaille asiatique de l’histoire de la compétition.

Une organisation en appelle une autre

A partir de vendredi, les habitants de Manille vont vibrer autour des terrains de 3×3 qui accueillent la Coupe du Monde. Le premier événement planétaire organisé au pays depuis la Coupe du Monde 1978. Mais pas la dernière. L’édition 2023 du Mondial de basket à cinq sera organisée avec le Japon et l’Indonésie. L’occasion pour les joueurs de découvrir une ferveur quasiment unique sur terre. L’automne dernier, un match de championnat entre San Miguel et Meralco a attiré 52 612 spectateurs à la Philippines Arena. La plus grande affluence pour un match joué en dehors des Etats-Unis. Signe que les USA sont bien les seuls à avoir une culture basket plus importante que les Philippines…

Nicolas Kohlhuber (@KohlhuberN)

Tous les reportages d’UnderSport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *