Andrea Cionna, l’homme qui voulait juste finir un marathon

En ce 19 mars, UnderSport vous propose de revenir sur un record vieux de 13 ans détenu par un homme qui voulait juste terminer un marathon. Portrait d’Andrea Cionna, recordman du marathon pour un coureur aveugle.

Finir un marathon, pour beaucoup, c’est déjà un exploit et un accomplissement personnel. Pour Andrea Cionna, le 19 mars 2007, c’était un moment de vie, une performance qui allait l’inscrire au panthéon du marathon, dans une carrière que lui même n’attendait pas.

Touché dès la naissance par un problème de vue, l’Italien, originaire d’Osimo, est un sportif dans l’âme, sans pour autant vouloir à tout prix devenir professionnel. D’abord simple employé dans la région des Marches, sur la côte Est de la botte, Andrea voit sa vue diminuer doucement, jusqu’à complètement s’éteindre à ses 21 ans.

Pas de quoi décourager l’Italien, qui continue une vie normale, jusqu’à ses 31 ans.

Un réveil sur le tard

En 1999, plusieurs de ses potes l’invitent à aller courir, accompagné évidemment, pour garder ce plaisir et cette passion du sport. Cionna apprécie, puis enchaîne les entraînements, les courses, avec un objectif : terminer le marathon de New York. « J’ai vu que je passais de bons moments, c’était de mieux en mieux, donc je devais souvent changer d’athlète-guide, pour qu’il puisse rester derrière moi » expliquait-il dans une interview pour Superabile.

Dans son coin, l’homme s’entraîne sans relâche, enchaîne les longues distances. Il se teste d’abord sur le marathon de Prague, toujours en 1999, accompagné de son ami de toujours, Gianluca Mengoni.

Le Comité Olympique National Italien (Coni) le repère, puis l’inclus dans l’équipe paralympique avec un objectif : les Jeux d’Athènes, en catégorie T11, ceux des malvoyants ou aveugles.

Là-bas, Andrea Cionna, à 36 ans, va régaler l’Italie.

36 ans, médaillé olympique. Un début.

Engagé dans le 10 000 m et dans le marathon, l’Italien fait coup double, avec deux médailles de bronze. Et pourtant, Andrea Cionna reste sur sa faim : « Seulement du bronze à Athènes. Je m’attendais à ce que ça aille mieux, je connaissais bien le parcours, mais un mois avant mon départ, j’ai été frappé par des pubalgies » expliquait-il toujours pour Superabile.

Un début donc, mais pas tout à fait une réussite.

Arrive alors le marathon de Rome, le 19 mars 2007. 39 ans, toujours pas rassasié, Cionna face à son public, dans une course ouverte à tous, mêmes aux athlètes « valides ». Chelimo Kemboi s’imposait en 2 heures, 9 minutes et 36 secondes et dans une anecdotique 45ème place, Andrea Cionna terminait l’épreuve en 2 heures, 31 minutes et 58 secondes. Finalement pas si anecdotique que ça : l’Italien vient de battre le record du monde du marathon pour un coureur aveugle.

Andrea Cionna, chez lui, bat le record du monde du marathon pour un coureur aveugle

“Je suis très heureux et tout était inattendu… À Rome, comme les experts le savent, le chemin est assez difficile, aussi parce que le pavé pour un aveugle entraîne de plus grandes difficultés, surtout dans la seconde partie où il y a aussi beaucoup de courbes” avait-il raconté pour Vivereosimo.

Une prouesse aujourd’hui tombée dans l’anonymat, pour un homme qui 8 ans auparavant, s’était donné pour objectif de simplement terminer le marathon de New York. Le record du monde en poche, l’Italien s’envole en 2008 pour les États-Unis, dans l’objectif de boucler la boucle, juste pour le plaisir.

Sans savoir ce qui l’attendait, Andrea Cionna aura donc réussi son objectif 9 ans après, avec quelques histoires qu’il pourra garder dans un coin de sa tête.

Tous les portraits UnderSport à retrouver ici !

Matthieu Guillot (@Guillot_matt)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *